Réflexions sur le réaménagement du Square Eugène Plasky

1620607_10152160662995546_817076639_n
Auteur : Thomas Vande Velde

Square PLASKY
 
square \skwaʁ\ masculin
(Urbanisme) Petit jardin public, souvent établi au milieu d’une place.
parking \paʁ.kiŋ\ masculin
Terrain ou aménagement destiné au stationnement des automobiles.
Les mots « Square » et « parking » ne désignent clairement pas la même chose,
chacun renvoi à un aménagement d’espace public totalement différent. Pourtant, à
Schaerbeek, il semblerait qu’une petite confusion persiste au niveau du (mal
nommé) square Eugène Plasky.
Il serait donc nécessaire de clarifier la situation soit en renommant l’endroit
« Parking Eugène Plasky », soit en réaménageant cet espace public en ce qu’il est
sensé être : un petit jardin public. Perso, je vote pour la 2e solution.
 
Square PLASKY Place qui ?
 

Le square se situe au centre du densément peuplé quartier du
« Diamant », non loin de la moyenne ceinture et donc à proximité
de Meiser et Reyers. Ces deux endroits vont prochainement
bénéficier d’un réaménagement total en vue de les rendre plus
agréables pour les habitants par la suppression d’un viaduc pour
l’un et la création d’une véritable place pour l’autre. Bref, on
supprime systématiquement des éléments de nuisances liés à la
voiture afin d’améliorer la qualité de vie des riverains. Pour le square
Plasky, il serait nécessaire de suivre ce même objectif…

Eugène Plasky : peintre paysagiste belge
né le 22 juillet 1851 à Bruxelles et décédé
le 4 mars 1905 à Schaerbeek. En 1909, la
commune de Schaerbeek baptisa deux de
ses voiries en hommage au peintre décédé
quatre années auparavant, il s’agit de
l’avenue Eugène Plasky et du square
Eugène Plasky (wikipedia)

Square PLASKY Description
 
 

Espace public circulaire de 100m de diamètre
(exactement comme au rond-point Schuman).
– Partie centrale de +/- 3300m² dont 2000m²
(+60%) pour le parking (40 places).
– Une traversée piétonne est-ouest
perpendiculaire aux voiries du parking.
– Végétation : 4 grandes pelouses, quelques
haies et de nombreux arbres dont 2 ifs classés
– Autres : un canisite (qui fait concurrence avec
les pelouses), un parking villo!, des bulles à
verre non-enterrées et 12 bancs

Square PLASKY Etat actuel
 
De loin, les grands arbres qui entourent le square font plutôt
bonne impression mais lorsqu’on s’y approche, la réalité est tout
autre : Végétation mal entretenue, poubelles et bulles à verre
qui débordent, détritus au sol, dépôts d’encombrants, bancs
sales, crottes de chiens (et d’humains(!)) sur les pelouses, etc.
De plus, des personnes du quartier nourrissent les pigeons
malgré l’interdiction. Du coup, les façades et voitures sont
abondamment recouvertes de fientes. J’ai également pu
remarquer une petite colonie de souris et même une fouine. Il
semble d’ailleurs que les services publics ont abandonnés l’idée
de maintenir l’endroit propre, se limitant au service minimum.
 

Square PLASKY Histoire
 
L’histoire des lieux nous aide à comprendre la physionomie actuelle du square et les
problématiques qui en découlent. La carte ci-dessous (1850) montre qu’à l’origine l’avenue
Plasky, avec l’avenue de Cortenbergh, faisait partie d’un important axe devant relier
Schuman à Meiser. Cette voirie fut dessinée bien avant l’urbanisation du reste du quartier et
devait constituer une artère de pénétration importante.
Depuis la construction de l’E40, cet axe a perdue de son importance et donc de son trafic. En
venant de l’est, on pénètre actuellement en ville par le tunnel qui passe sous l’avenue de
Roodebeek. L’avenue Plasky se contente depuis d’un trafic principalement local.
Square PLASKY Histoire
Vu l’importance qu’avait l’avenue Plasky en tant qu’entrée de ville, celle-ci traversait en ligne
droite le square de manière prioritaire. Sur l’image ci-dessous, on observe que cet
aménagement perdura jusqu’à récemment. Depuis 2004, la circulation se fait de manière
giratoire, le square est devenu un rond-point.
Et c’est donc en 2004 que la région signa une belle occasion manquée. Le réaménagement
se fit ad minima, à peu de frais et probablement en attendant un futur projet qui se fait
encore attendre aujourd’hui. Les voiries traversant le square furent simplement
transformées en parking et seuls quelques pauvres haies furent rajoutées à l’ensemble.

Square PLASKY Ailleurs
 
Sur l’axe Schuman-Meiser que je viens d’évoquer, il y a un autre espace public important : la
place de Jamblinne de Meux. Tout comme le square Plasky, il était autrefois traversé par des
voiries prioritaires et de petits îlots peu attrayants occupaient les espaces restés libres. Lors de
son réaménagement, le cheminement fut détourné afin de créer un véritable square
débarrassé des voitures. Le parking n’est possible que le long de la chaussée.
Contrairement à Plasky, cet endroit est largement utilisé par les riverains, la place est souvent
animé par des gens de tous âges car il est agréable de s’y attarder. L’endroit reste propre et
sûr grâce au contrôle social qui s’y opère. C’est devenu un véritable lieu de rencontre…
 

Square PLASKY Ailleurs
 
En élargissement un peu notre
perspective, on remarque que des
espaces comparables sont nombreux
dans cette partie de Bruxelles.
La carte ci-contre nous montre que les
squares servent systématiquement
d’espaces verts et non de parking. Seul
Plasky (en orange) échappe à la règle.
Le square Ambiorix est un autre
exemple intéressant. Il était également
traversé par une voirie qui fut annexée
au parc sans création de parking ↓.

Square PLASKY Quel futur ?
 
 

Contrairement aux grands projets régionaux
actuels tel que le rond-point Meiser ou le viaduc
Reyers, il n’y a pas besoin d’importants travaux
d’infrastructure.
Afin de créer un espace de convivialité, il suffit de
rendre l’espace aux riverains. En supprimant le
parking, l’espace disponible est généreux.
Quelques arbres en moins pour ouvrir les vues,
une amélioration des plantations, la création
d’espaces de jeu (ex: tables d’échec) ou de sport
(ex : ping-pong) et le tour est joué.
Le square des Chausseurs Ardennais tout proche
est un bon exemple de ce qui pourrait être fait.
Le photomontage ci-contre suffit à donner une
idée du potentiel du square Plasky en tant que
nouveau parc.
Square PLASKY De l’art 
 
Les nouveaux espaces publics sont de moins en moins souvent
dotés d’oeuvres d’art. Certes, on n’érige plus des statues
monumentales à la gloire des grandes personnalités. Par
contre, avec le nombre d’artistes de talent qu’on possède en
Belgique, ce serait dommage de ne pas en profiter.
Comme exemples d’oeuvres qui participent à l’espace public
au lieu d’être juste posés dessus, il y a le « Gay Holocaust
Victims Memorial » de Tel Aviv (à la fois banc et monument)
ou une pince à linge géante qui était visible lors d’un festival
d’art contemporain à Chaudfontaine en 2012.

Square PLASKY Plan vélo
 
Le plan vélo 2020 prévoit un itinéraire qui passerait par
l’avenue Eugène Plasky. La carte publiée dans les médias
indique les ronds-points mais semble traverser en ligne droite
le square Plasky. Cela est peut-être dû à un oubli mais c’est une
solution intéressante. Une traversée prioritaire pourrait être
créée comme dans le schéma ci-dessous. Vu la grande largeur
du square, cette option peut coïncider avec d’autres
aménagements. Par ailleurs, il semble qu’une piste cyclable
existe déjà dans la partie centrale de l’avenue Plasky (voir 2e
image) malgré qu’elle serve actuellement de parking.
(!) La piste cyclable qui existe actuellement autour du square
est presque complètement effacée (voir 3e image). Un petit
coup de peinture ne serait pas inutile, voir même urgent.
Square PLASKY Budget
Selon l’article 21/09/15 de la Libre Belgique sur l’annulation du tunnel sous Meiser : « 160 à 180
millions d’euros étaient prévus pour le creusement du tunnel alors qu’un réaménagement de
surface ne nécessitera qu’une part de ce budget ». La rénovation de la place des Chasseurs
Ardennais avait un budget total de 1.181.000€ comme on peut le voir dans l’extrait de la ficheprojet
ci-dessous. Cette somme ne représente même pas 1% du coût prévu pour Meiser.
La place des Chasseurs Ardennais toute proche est un bon point de comparaison car elle
possède une superficie équivalente et un même environnement. L’aménagement y est sobre,
pratique et de qualité. Il comprend un espace de jeu pour enfant, une fontaine en cascade et un
cheminement piéton bien pensé et bordé de bancs en suffisance. L’espace reste très propre,
grâce notamment à la présence d’un canisite et de barrières autour des pelouses.
Square PLASKY Parking
Pour finir, le point qui fâche : le parking. Pour rappel, 40
places occupent actuellement l’intérieur du square et le
quartier manque déjà régulièrement d’emplacements de
parking (comme souvent en région bruxelloise).
Des alternatives simples existent si l’on souhaite maintenir
leur nombre tel qu’un aménagement de places de parking
en épi (voir photo av. de la Topaze) ou perpendiculaires au
trottoir. La largeur des voiries jouxtant le square le
permettrait aisément moyennant une mise à sens unique.
De plus, de nombreuses places seront prochainement
récupérées au centre de l’avenue Plasky suite à la fin des
travaux de la liaison ferroviaire Schuman-Josaphat.
Néanmoins, vu l’offre en transports en commun dans le
quartier (STIB, SNCB (Meiser est un futur noeud RER), Villo,
Cambio,…) et les nombreux services et commerces à
proximité, la voiture est loin d’être un besoin essentiel.
Square PLASKY Bref…
 
Si l’avenir de Plasky me tient à coeur, c’est que j’habite sur son pourtour. Le quartier est
vraiment beau et agréable à vivre mais le square est comme une verrue sur un beau visage.
Les riverains ne s’y rendent que pour se parquer, se débarrasser de leurs vidanges ou
permettre à leur chien de se soulager. Ce n’est pas un lieu de vie au contraire de la majorité
des autres places et squares de Bruxelles. Mais ça peut changer. Certes, comme toujours à
Bruxelles, les gens auront comme premier reflexe de s’inquiéter pour leurs places de
parking. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de rencontrer M. Clerfayt, bourgmestre de Schaerbeek.
J’ai brièvement évoqué l’idée de réhabiliter le square et il m’a clairement répondu que
supprimer du parking, c’était « invendable ». Par chance, il s’agit d’un axe régional et la
région bruxelloise a une vision bien plus progressiste en terme de mobilité.
Si l’on regarde des vieilles photos, on voit que le square
Plasky n’a jamais été réaménagé en plus de 100 ans
d’existence et ce n’est sûrement pas pour des raisons
patrimoniales. Au vu de la carte ci-contre, on se rend
compte que Plasky pourrait aisément faire partie de la
zone d’étude comprenant les projets Meiser, Reyers,
Médiapark et Parkway

Source : Réflexions sur le réaménagement du Square Eugène Plasky

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *