Spécial Terrasses (5/12) : les cachées

Chaque vendredi, on visite 5 terrasses bruxelloises. Cette semaine : les cachées

Un posto al sole

Bordant le square Plasky à Schaerbeek, ce petit restaurant de quartier, pris d’assaut grâce au bouche à oreille, est un endroit qui nous fait du bien. Tous les ingrédients sont ici réunis pour nous mettre de bonne humeur. La terrasse de rue. Celle-ci ne paie pas de mine vue de l’extérieur : juste quelques tables, simples et agencées tant bien que mal sur le trottoir. Mais une fois installé, la magie opère : on se relaxe, on profite du moment, de la vue sur le square et surtout du tableau noir.

Square Eugène Plasky, 95 – 1030 Schaerbeek. +32 (0)2 735 36 43. www.postoalsole.be
Cuisine : italienne. €€ / S

Source: Spécial Terrasses (5/12) : les cachées

Stationnement: l’alternative zonale de Schaerbeek | Bruxelles – lesoir.be

 

Si on ne peut pas parler de big bang, c’est à tout le moins un sérieux virage qui se profile en terres schaerbeekoises au rayon stationnement. Depuis un mois et pour une même période encore, la commune soumet à l’enquête publique son projet de refonte de son plan local afin de le rendre compatible aux exigences régionales. Un sérieux entretien qui comporte de nombreuses modifications par rapport à la version actuelle.Passage en revue avec le pilote de l’opération, l’échevin de la Mobilité, le CDH Denis Grimberghs. « Une déclinaison du plan régional qui en est actuellement au stade du projet, entame-t-il. Sachant que toutes les communes sont invitées à faire de même. Certaines l’ont déjà fait, d’autres sont en cours et d’élaboration et d’autres encore n’ont pas commencé. »1De 94 à 100 % de couverture. Les bureaux Stratec et Sareco ont ainsi été chargés de réaliser un diagnostic et de formuler des propositions pour l’adaptation. Dont le spectre est des plus larges puisqu’il concerne aussi par exemple le parking des deux roues motorisées, du vélo ou encore du parking partagé. Mais le nerf de la guerre est bien évidemment le parking réglementé en voirie. En gros, Schaerbeek affiche sa volonté de couvrir progressivement la totalité du territoire. « Aujourd’hui, l’objectif de la Région est déjà plus qu’atteint et le sera encore d’avantage demain lorsque le plan sera approuvé. »2Les zones blanches. Au menu par exemple, l’intégration de certaines zones qui ne disposent d’aucune réglementation dites, zones blanches. « Il en existe très peu puisque nous sommes déjà à 94 % de couverture et que nous visons les 100 % à la fin de l’opération, souligne Denis Grimberghs. C’est important car si les gens s’énervent parfois face à une réglementation, ils sont encore plus énervés lorsqu’il n’y en a pas parce que l’on constate un report du parking ventouse, camionnettes et autres utilitaires. Et réglementer ne veut pas forcément dire passer en payant, certaines de ces zones seront mises en zone bleue. »C’est une autre couleur qui est prévue du côté de l’avenue Plasky qui donne sur la place Meiser et où les emplacements en berme centrale sont aujourd’hui non-réglementés. « Ils passeront en zone verte comme c’est le cas sur les côtés de l’avenue. »3Le contrôle. « Nous avons déjà instauré l’extension des horaires de base jusqu’à 20 heures, ce qui permet de protéger au mieux les zones les plus densément peuplées et les riverains, indique l’échevin. Le but de ce plan est de permettre aux gens de trouver une place à proximité de leur domicile. On ne leur promet rien d’autre. »4Les zones de stationnement. C’est le bouleversement majeur de la réforme. Rappelons qu’à l’heure actuelle, les Schaerbeekois munis d’une carte de riverain peuvent se garer sur l’ensemble du territoire communal excepté en zone rouge, sans bourse délier. Demain, ce sera terminé, le territoire devant être scindé en plusieurs secteurs, selon l’exigence régionale.« Quelque part, nous payons notre honnêteté car le zonage ne fait pas partie du plan communal mais est défini par la Région, poursuit Denis Grimberghs. Celle-ci nous a interrogés sur le zonage tel qu’elle souhaite l’organiser et nous avons répondu par la négative en intégrant une alternative dans notre plan communal. »L’idée étant de permettre aux citoyens de comparer les deux propositions. De quoi s’agit-il ? « La Région suggère un système que l’on décrit souvent comme un nid d’abeilles soit un ensemble de petites zones de 37 hectares autour du domicile du riverain qui a le droit d’en choisir deux autres, limitrophes, qui donne cet effet nid d’abeilles ». Un principe de base que ne conteste pas le collège local. En théorie en tout cas. « On ne dit pas que ce n’est pas intéressant mais en pratique, nous trouvons cela compliqué à mettre en place et peu lisible. » Un dispositif qui serait en outre difficilement contrôlable. « Si c’est pour ne plus rien contrôler alors réglementer ne sert à rien. Réglementer n’est déjà pas très populaire, il faut au moins que cela soit efficace. »La mouture alternative soumise par les élus locaux se veut donc plus épurée. « Elle nous paraît déjà suffisamment contraignante vis-à-vis des riverains qui circulent aujourd’hui librement sur tout le territoire et qui demain seront limités à une partie de celui-ci. » Le puzzle imaginé par Schaerbeek comprend des zones de 150 hectares. « Soit le maximum autorisé par l’ordonnance régionale. » Ce qui, dans les faits, divise la commune en cinq parcelles. « C’est relativement facile à contrôler et également compréhensible pour les riverains sans devoir mettre une boîte GPS dans toutes les voitures. »Dans ce cas de figure, chacun n’aurait droit qu’à une seule zone. « Nous autoriserions l’over laping dans les îlots situés sur une frontière communale, ce qui est du bon sens ». Quant aux critères repris pour le découpage. « Nous avons tenté d’être cohérents sachant par exemple que très peu de gens habitant d’un côté du boulevard Lambermont vont

Source: Stationnement: l’alternative zonale de Schaerbeek | Bruxelles – lesoir.be

Viaduc Reyers 8

Landlord-Forum-Landlords-Networking-and-Getting-Advice8

Viaduc Reyers : une fête organisée pour célébrer le début des travaux de démolition – La Libre.be

LeSuite à la décision du gouvernement bruxellois de démolir le viaduc Reyers, les retards s’étaient accumulés dans les travaux. Le nouveau planning a été publié ce mercredi. Le réaménagement provisoire est prévu entre octobre 2015 et juin 2016.

« Un viaduc automobile laissera sa place à un boulevard urbain verdurisé », déclare le ministre Pascal Smet. « Pour moi, cela signifie la fin de l’ère où la voiture occupait la première place. Ce gouvernement entend rendre la ville à ses habitants et aux visiteurs. C’est pourquoi nous célébrerons cet événement le 12 juillet lors d’une fête avec les riverains de Reyers et tous les Bruxellois ». Le terrain en friche situé à l’angle de la rue Colonel Bourg et du boulevard Reyers sera transformé en lieu festif de 14h à minuit. L’après-midi sera agrémentée d’activités familiales, avec des animations pour enfants, un château gonflable, tandis que les riverains pourront s’informer du déroulement des travaux au viaduc et des projets d’avenir ambitieux pour leur quartier via une exposition et un stand d’information. En soirée, le DJ qui anime les PikNik ElectroniK assurera l’animation.

Source: Viaduc Reyers : une fête organisée pour célébrer le début des travaux de démolition – La Libre.be

Réunion avec les comités de quartiers schaerbeekois et éverois | ADT-ATO

L’ADT et les quatre maîtres d’ouvrage de mediapark.brussels ont organisé ce jeudi soir, dans les locaux de la VRT, une séance d’information et de discussion avec les représentants des comités de quartiers schaerbeekois et éverois concernés par le développement de ce futur nouveau quartier créatif.

Une vingtaine de personnes ont ainsi eu l’occasion d’échanger avec les maîtres d’ouvrage et l’Agence François Leclercq, qui est chargée de la conception du Masterplan de mediapark.brussels, sur cet ambitieux projet pour le quartier Reyers/Meiser et pour la Région bruxelloise.

Source: Réunion avec les comités de quartiers schaerbeekois et éverois | ADT-ATO

Reyers Les ambitions de mediapark.brussels | ADT-ATO

Les ambitions du projet mediapark.brussels et les grandes évolutions du quartier Reyers/Meiser ont été présentées ce jeudi

Les ambitions du projet mediapark.brussels et les grandes évolutions du quartier Reyers/Meiser ont été présentées ce jeudi 02/07/15 par le Ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale, le bourgmestre de Schaerbeek, les administrateurs généraux de la RTBF et de la VRT ainsi que l’architecte-urbaniste français François Leclerq. Ce dernier a dévoilé les grandes options du projet de schéma directeur qu’il est chargé d’élaborer pour la reconfiguration du site RTBF-VRT, boulevard Reyers, à Schaerbeek, qui deviendra le cœur d’un nouveau quartier créatif, ouvert, mixte et animé.

Cette vaste opération urbaine créera un nouveau pôle de développement du territoire bruxellois, visant à remettre la qualité de vie au cœur de ces quartiers, dont l’urbanisme a été très marqué par les infrastructures routières lourdes et par des activités économiques qui se sont développées sur de vastes sites repliés sur eux-mêmes. Les nouveaux développements intégreront des fonctions résidentielles, commerciales, de services et de loisirs, mais permettront aussi de renforcer le tissu économique existant, à travers, notamment, l’émergence d’un écosystème innovant axé sur les médias et les secteurs créatifs.  Ceci en lien avec le futur «Pôle médias» soutenu par la Région et l’Europe dans le cadre de la programmation 2014-2020 du Fonds Européen de Développement Régional.

L’ambition de ce projet, baptisé mediapark.brussels, est d’aménager, autour des futurs nouveaux sièges de la RTBF et de la VRT, un parc urbain de 8 hectares. Lieu de vie, de travail et de détente, ce quartier ouvert et agréable à vivre, sera tourné vers l’avenir et innovant dans sa conception urbanistique et architecturale comme dans ses activités, marquées par la proximité de nombreuses entreprises des secteurs des médias et de la créativité occupant quelque 5.000 travailleurs.

Fédérateurs et mobilisateurs, mediapark.brussels constitue, en lien avec le Pôle médias, une plus-value pour Bruxelles et les Bruxellois, car il prévoit, outre les deux nouveaux sièges de RTBF et de la VRT: la construction, à terme, de quelque 3.000 nouveaux logements accueillant environ 6.000 nouveaux habitants ; des équipements et services de proximité (crèche, école, commerces…) pour répondre aux besoins des habitants ; des surfaces pour de nouvelles entreprises innovantes créatrices d’emploisdes écoles supérieures et des équipements publics liés au secteur des médias ; un parc urbain dédié aux événements, mais aussi à la promenade et aux loisirs ; une mobilité apaisée.

Situé à la croisée de deux histoires (celle du quartier Reyers/Meiser et celle des radio-télévisions publiques belges) et à un endroit stratégique (entre le Quartier européen, l’aéroport et les campus universitaires bruxellois), mediapark.brussels deviendra un nouveau pôle d’attractivité qui fera rayonner Bruxelles. Il reconnectera par ailleurs entre eux les quartiers voisins, car il sera organisé autour d’un parc urbain, appelé à remplacer le site clôturé de la RTBF et de la VRT, et de voiries traversantes reconnectées au maillage urbain limitrophe.

Des réunions d’information, notamment pour les riverains du quartier, seront programmées prochainement.

 

Source: Reyers Les ambitions de mediapark.brussels | ADT-ATO

Bruxelles: les riverains font une fête d’adieu au Viaduc Reyers ! – Vidéo – RTL Vidéos

Les travaux de démolition du viaduc Reyers vont débuter et une fête d’adieu s’est tenue aujourd’hui au pied de l’édifice, qui fait partie du paysage depuis de longues années.

Source: Bruxelles: les riverains font une fête d’adieu au Viaduc Reyers ! – Vidéo – RTL Vidéos

Le projet de tunnel sous le rond-point Meiser enterré! – DH.be

La Région bruxelloise change son fusil d’épaule en raison de la destruction du viaduc Reyers.

La Région bruxelloise change son fusil d’épaule en raison de la destruction du viaduc Reyers.

La démolition programmée du viaduc Reyers, qui s’étire sur le boulevard bruxellois du même nom, entraînera une réorientation profonde du projet de désengorgement de la place Meiser. C’est ce que révèle la dernière étude préparatoire à ce vaste réaménagement destiné à rendre plus vivables la place schaerbeekoise et ses environs.

Rappel, sur cette mer d’asphalte, débouchent aujourd’hui plusieurs grands axes routiers submergés aux heures de pointe. Quelque 7.500 véhicules s’y croisent par heure en heures de pointe. Les bouchons de la place Meiser sont connus des Bruxellois comme des navetteurs.

Commandée par le gouvernement bruxellois suite à la conclusion inattendue de la nécessité de détruire le viaduc, cette étude démonte une option qui tenait encore la route il y a quelques mois à peine. Il était initialement prévu de confiner une partie de la circulation automobile en tunnel sous la place Meiser, entre le boulevard Lambermont et l’avenue Reyers.

Cette option est désormais écartée par le gouvernement bruxellois. « Les trémies du tunnel allaient constituer une barrière physique de 600 mètres entre les deux rives du boulevard Reyers, explique le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort (PS). Or, notre préoccupation première est l’amélioration de la qualité de vie dans le quartier. »

En clair, ces trémies reproduiraient l’obstacle que constitue le viaduc, coupant donc une nouvelle fois le quartier des radiotélévisions publiques du reste de la ville. « L’étude le montre, poursuit Rudi Vervoort, le tunnel n’aurait absorbé que 40 à 50 % de la circulation. Ce qui aurait rendu nécessaire l’aménagement d’un rond-point de sept entrées sur la place Meiser. Nous avions espéré pouvoir faire un aménagement 100 % habitants pour la place, mais c’est impossible. En fait, le problème de mobilité n’était que partiellement résolu au prix d’une moins-value en termes de qualité de vie du côté de la cité des médias. »

Le choix s’est donc rapidement opéré : plus de tunnel. À la place, un réaménagement complet de surface avec trottoirs élargis (jusqu’à 16 m), espaces cyclistes et plantations d’arbres en bordure d’un site qui doit être, à terme, complètement repensé. VRT et RTBF doivent en effet reconstruire leurs locaux et la Région de Bruxelles-Capitale entend réorganiser ce site de 20 hectares pour en faire un pôle médiatique planté dans un nouveau quartier résidentiel à l’horizon 2020.

Le tunnel pour le transport en commun est maintenu. Mais que faire des voitures de la place Meiser, dès lors ? Tout cela fera l’objet d’une réflexion ultérieure, répondent les ministres Vervoort et Smet (en charge de la Mobilité) qui assurent que le rôle de « moyenne ceinture » pour le trafic de transit du boulevard Reyers sera maintenu.

Le résultat final sera par contre moins onéreux que le tunnel, ajoutent-ils. 160 à 180 millions d’euros étaient prévus pour le creusement du tunnel alors qu’un réaménagement de surface ne nécessitera qu’une part de ce budget. Par contre, l’idée d’un tunnel pour accueillir le tram est maintenue. « Il est même question d’un deuxième tunnel car cette ligne pourrait, à terme, devenir une ligne de métro », précise Pascal Smet (SP.A).

La destruction du viaduc est programmée pour l’an prochain avant un réaménagement provisoire du boulevard Reyers. Le gouvernement bruxellois espère que le chantier qui doit remodeler l’ensemble du quartier sera bien avancé à la fin de cette législature.

 

Source: Le projet de tunnel sous le rond-point Meiser enterré! – DH.be